Archives mensuelles : mars 2016

De la fabrication des fantômes

12874387_1013106118762065_1654201933_oDe la fabrication des fantômes de Franck Manuel aux éditions Anacharsis

Franck Manuel poursuit son oeuvre romanesque ( Le facteur Phi et 029-Marie ) avec De la fabrication des fantômes, troisième roman publié aux éditions Anacharsis.  C’est l’histoire d’un homme né en 1973 qui  fête ses cent ans. Ils sont tous là. Un brouhaha incessant . Il y a Lucie qui veut comprendre pourquoi il inspire autant de peur. Lucie au sourire carnassier. Il y a Marie aux yeux verts,  sa femme dans sa robe rouge, éternelle. Il y a Rosalie et sa robe blanche. Il y a ces chats mangés vifs.  C’est une histoire de Passe-Muraille, de voix qui résonnent à travers les murs du passé. C’est un roman de la chair et de la lumière, de la couleur et des odeurs, des jardins sombres et lumineux. J’ai eu l’impression pendant ma lecture d’être emportée dans un tournoiement. Tel un derviche tourneur Franck Manuel fait tourbillonner les mots et ses personnages. Cette histoire m’a malmenée, je me suis sentie mal à l’aise. Un roman brillant mené par une écriture incisive et maîtrisée. Une expérience de lecture qui ne laisse absolument pas indemne.

De la fabrication des fantômes/Anacharsis/14€

Le facteur Phi/Anacharsis/14€

0-29 Marie/Anacharsis/18€

La femme au carnet rouge

la-femme-au-carnet-rougeLa femme au carnet rouge de Antoine Laurain aux éditions Flammarion (existe en J’ai Lu)

Une fable intemporel, un conte optimiste, drôle et intelligent! C’est une lecture que je vous recommande vivement. Une femme perd son sac à main, un homme le retrouve, que dis-je? Un libraire le retrouve! A l’intérieur de ce sac il y à un livre de dédicacé par Patrick Modiano lui-même, et bien d’autres choses qui l’intrigue. Après un inventaire minutieux poussé par la curiosité grandissante (et sa jeune ado de fille), il va partir à la recherche de cette inconnue mystérieuse… A lire et à offrir sans modération ni hésitation. Une valeur sûre!!

À la trace

9782369560302À la trace de Carole Zalberg aux éditions Intervalles

Carole Zalberg est l’auteure de nombreux romans notamment Feu pour feu paru aux éditions Actes Sud. Vient de paraître un roman aux éditions Intervalles qui s’appelle À la trace. Partie un mois au printemps dernier pour effectuer des recherches en Israël dans le cadre d’une mission Stendhal de l’Institut Français, pour un projet de fiction inspirée de la vie de ses cousins germains, elle redécouvre un pays quitté plus de trente ans auparavant.

Carole Zalberg décortique jour après jour les contacts renoués, ses impressions, son ressenti, les paysages, les  nouvelles rencontres, ou l’histoire familiale. Elle livre en toute sincérité ses impressions en mettant l’humain au centre de ses préoccupations J’ai tout d’abord trouvé curieux le fait que’elle retranscrive une partie de ses conversations telles qu’elles les a vécues, en anglais. Des bribes de phrases ici et là. En fait j ‘ai trouvé ça extraordinaire, dans le sens où je me suis senti impliquée dans ses recherches et ses conversations, j’ai ressenti les difficultés du relationnel, l’importance du sens de la communication. Parsemé de photos en  noir et blanc ce texte est d’une beauté et d’une force rare. Le genre de livre que j’ai envie de garder près de ma table de chevet pour le relire.

À la Trace/ Editions Intervalles/12€

Les âmes et les enfants d’abord

9782714471024ORI -1-Les âmes et les enfants d’abord d’Isabelle Desesquelles aux éditions Belfond

Vous vous souvenez peut-être de mon conseil de lecture n°6, Les hommes meurent et les femmes vieillissent d’Isabelle Desesquelles, et comment ces destins de femmes m’avaient émus. Et bien là Isabelle Desesquelles revient avec un roman coup de poing!

Les âmes et les enfant d’abord, c’est l’histoire de cette maman qui se promène avec son fils place Saint Marc à Venise, en vacances ; droit devant, un tas de chiffons au milieu de la place…ils arrivent devant quand une main en sort, tendue, réclamant. Surprise et ne sachant quoi faire d’autre, elle fuit, son fils au bout du bras. Rentrée chez elle cette image la hante et finit par l’obséder au point de vouloir écrire à cette femme le pourquoi de sa réaction. C’est donc comme ça que commence ce court roman d’à peine une centaine de pages. Une longue lettre pour se soulager, pour dire l’incapacité à réagir, à trouver les mots pour expliquer la misère à son fils.

Un roman qui ne cherche en aucun cas à culpabiliser mais à montrer l’importance de dire. Comment réagissons-nous face à la misère de plus en plus visible et croissante dans la rue? Je ne comprends toujours pas pourquoi les médias ne se sont pas appropriés ce roman pour en faire un étendard. Il n’est pas trop tard, j’espère que ce roman pourra réveiller des consciences.

Les âmes et les enfants d’abord/Isabelle Desesqueles/Belfond/10€