Archives mensuelles : août 2018

AU GRAND LAVOIR

Au grand lavoir de Sophie Daull aux éditions Philippe Rey

Première lecture de cette rentrée littéraire et un ÉNORME coup de cœur ! Après Camille mon envolée et La suture, Sophie Daull signe là son troisième roman avec Au grand lavoir.  C’est un roman à trois voix, celle d’un jardinier à Nogent-Le-Rotrou, ex taulard pour avoir commis un viol et avoir tué sa victime ; celle d’une auteure en tournée pour faire la promotion de son roman, fille de la victime ; enfin celle d’un narrateur, une voix off pour nous narrer la fin de cette histoire. L’écriture de l’auteure est précise, ciselée, rien n’est de trop, tout est juste et à sa place, c’est au service d’une histoire qui nous tient en haleine, ou comment cet ex taulard qui après avoir purgé 18 années de peine se retrouve réinsérer dans cette ville de taille moyenne en tant que jardinier communal. Il apprend que la fille de la femme qui l’a tué va venir dédicacer dans la librairie de sa ville. A partir de là, la panique s’installe et on va passer (oui je dis on car le prodige est là, grâce à la force narratrice que dégage ce texte, nous sommes plus que dans la peau de cet homme, nous sommes dans sa tête)par toutes les étapes de stress, d’angoisse atroce avec ce personnage qui a violé et tué. Va-t-il lire le livre quel ‘auteure vient présenter dans la librairie de sa ville ? Va-t-il se rendre à la librairie le soir de la dédicace ?

Ce roman c’est aussi en filigrane la vie des villes de tailles moyennes « les sous-préfectures » comme aime à les appeler Sophie Daull, ces villes où les commerces de proximité ferment, où les gares ferment, où la population devient de plus en plus excentrée de son cœur de vie, c’est aussi un roman encré dans une réalité sociale. Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce texte fort et intelligent à l’écriture fluide et au style précis. A lire donc et à offrir sans modération.

Au grand lavoir/Sophie Daull/éditions Philippe Rey.  €

Publicités

TAXI CURACAO

Taxi Curaçao de Stefan Brijs aux éditions Héloïse D’Ormesson

Personnellement j’ignorais l’existence de cette île des Caraïbes. A travers l’histoire de trois générations d’hommes de la même famille, c’est l’occasion pour l’auteur de raconter l’histoire de cette île, pauvre, ancienne colonie Hollandaise, ou comment après la colonisation le peuple essaye de s’en sortir. Une voiture Américaine de luxe, un père brillant par son absence, un fils prodige qui voudrait ne pas prendre la relève et faire des études, la réalité, la violence, le tout narrer par Frère Daniel. Une lecture instructive et accaparante, des portraits d’hommes esquissés avec sincérité et une saga familiale hors des sentiers battus.

Taxi Curaçao/Stefan Brijs/Héloïse d’Ormesson/21€

LE POIDS DE LA NEIGE

Le poids de la neige de Christian Guay-Poliquin aux éditions de l’Observatoire

Un huis clos assourdissant. Une lecture captivante qui plonge le lecteur au cœur de l’hiver le plus dur et le plus long qu’on puisse imaginer. Matthias et le narrateur se retrouvent prisonniers de cet hiver impitoyable, alors qu’une coupure d’électricité touche le pays. Le narrateur a subit un accident et à les jambes immobiles et blessées. Matthias un homme de passage au village doit s’occuper de lui. Comment ces deux hommes vont réussir à cohabiter, à se soigner, à se nourrir alors que l’hiver les retient ? Impossible de lâcher ce roman. Il y a de La route de Mc Carthy dans Le poids de la neige. Ce roman nous met face à nos peurs, nos doutes, et pose la question de savoir comment réagirions nous si un jour nous étions confrontés à une situation extrême. Comment vivre en communauté ? L’instinct de l’homme est-il bon ? Quelles seraient nos priorités ? L’hiver et le poids de la neige pèsent « comme un couvercle sur ses esprits gémissants en proie » à bien des questionnements. Magistral !

Né au Québec, en 1982, Christian Guay-Poliquin est doctorant en études littéraires. Le poids de la neige, grand succès au Québec, a été distongué par plusieurs prix prestigieux.

Le poids de la neige/Christian Guay-Poliquin/éditions de l’Observatoire/19€