Archives mensuelles : novembre 2021

Merci Simone, Mona et Elizabeth !

Voilà plus d’un an que je n’ai rien publié, mais j’ai lu, beaucoup ! Cette année j’ai lu Les mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir, livre trouvé dans une des boîtes à livres de mon quartier, dans une édition au Livre de poche datant de 1968. Les mots de Jean-Paul Sartre(dans sa version actuel chez Folio Gallimard) était collé à ce dernier, je n’ai pas voulu les séparer alors j’ai pris les deux. Que du bonheur de lecture ! Du coup j’ai voulu découvrir plus avant ce que cette autrice avait vécu, lu, rencontré et écrit. J’ai donc plongé dans La force de l’âge. Toutes ces lectures m’ont beaucoup apporté intellectuellement, politiquement et personnellement. J’ai acheté Le deuxième sexe mais ne m’y suis pas encore attaquée, on ne parle plus de mémoires mais d’essai, je me laisse un peu de temps.

Ma route à croisé le chemin de la grande Mona Chollet pendant le confinement où j’ai lu Chez soi, que j’avais vu traîner sur la table d’une de mes voisines et qui, en lisant la quatrième de couverture m’avait intrigué. Une révélation sur le cocon qu’est mon « chez moi ». J’ai aussi réalisé combien il est important de ce protéger du mon de extérieur parfois (à ma guise en fait), pour ne pas subir ses agressions. De laisser entrer le monde dans mon nid via internet (ou pas). écrit en 2015 on était loin du confinement et pourtant cette lecture à eu une résonance particulière pour moi et m’a beaucoup aidé à affronter cet évènement.

J’avais beaucoup entendu parlé de Sorcières et Réinventer l’amour, comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles, tous deux parus aux éditions de la Découverte, j’ai donc investi et commencé par celui qui me préoccupait le plus, devinez … Réinventer l’amour, comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles. A titre totalement personnel ce livre m’a ouvert les yeux sur beaucoup de points. Notamment sur l’objectification du corps de la femme, de mon corps. Ce qui me plaît aussi beaucoup c’est sa façon d’écrire. J’ai l’impression de parler à une amie ou plutôt j’ai l’impression qu’une amie me parle, il y a quelque chose de spontanée et d’intime dans sa façon d’écrire et de s’adresser au lecteur. J’écris biens au lecteur et non pas à la lectrice. En effet il ne s’agit pas là d’une lecture réservée aux femmes mais bien aux acteurs de la relation hétérosexuelle.

Mona Chollet fait référence a beaucoup d’articles de presse, d’essais, de romans mais aussi de blogs, c’est un vrai travail de fourmi qui nous ai donner à lire. Du coup j’ai acheté tous les livres cités d’Elizabeth Gilbert ,oui l’autrice de Mange, prie, aime adapté au cinéma avec Julia Roberts et décrié par certains comme un roman à l’eau de rose, celui-là donc de cette autrice là donc), et sur les conseils de Mona Chollet j’ai commencé par Comme par magie qui est un essai sur la créativité. Qu’est-ce qu’on en fait ? Que peut-on lui demander, ou pas ? Pourquoi moins de femmes se sentent légitimes dans les métiers de la créativité ? et bien d’autres choses. Lecture très intéressante qui me permet aujourd’hui d’écrire ses lignes et de reprendre mon blog un an après. Donc Merci Mona et merci Elizabeth ! Dans ma pal il y a aussi deux autres titres de Mme Gilbert Au bonheur des filles et L’empreinte de toutes choses, toujours conseillers par Mme Chollet.

Et vous que lisez vous ?

Sorcières/Mona Chollet/La Découverte/19€

Réinventer l’amour, comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles/La Découverte/19€

Chez soi/Mona Chollet/La Découverte/11€

Comme par magie/Elizabeth Gilbert/Le livre de poche/7,40€

Au bonheur des filles/Elzabeth gilbert/Le livre de poche/8,90€

L’empreinte de toutes choses/Elizabeth Gilbert/Le livre de poche/8,90€

Les mains dans les poches

Les mains dans les poches de Bernard Chenez aux éditions Héloïse D’Ormesson

L’auteur nous propose de partager des instantanés de sa vie. D’enfant à l’âge adulte, des moments comme des clichés qu’on regarderait de plus près en essayant d’en déchiffrer les détails. La force de ce texte réside dans la capacité de l’auteur à dire énormément de choses, à exprimer beaucoup d’émotions en si peu de mots, des mots justes et précis. Un texte court et fort. C’est l’histoire d’un enfant qui devient adulte qui découvre ses premiers émois. C’est aussi l’histoire d’un homme, des hommes qui se rebellent dans une France agitée de mai 68. C’est le regard d’un enfant sur les mains noueuses de son père. C’est aussi l’histoire des gens simples, des ouvriers, des étudiants. Vous l’aurez compris j’ai été beaucoup touchée par ce texte.

Les mains dans les poches/ de Bernard Chenez /éditions Héloïse D’Ormesson/  €

Les fabuleuses tribulations d’Arthur Pepper

Les fabuleuses tribulations d’Arthur Pepper de Phaedra Patrick aux éditions Milady

Arthur Pepper est un jeune veuf et n’a plus du tout goût à rien. Sa voisine lui apporte pourtant des petits plats préparés avec amour régulièrement. Mais Arthur est grincheux et ne veut rien savoir. Il invente même une méthode pour faire semblant de ne pas être chez lui. Le premier anniversaire du décès de sa femme approchant il décide de faire le ménage dans les affaires de sa femme. C’est alors que sa vie va basculer lorsqu’il découvre un bracelet orné de 8 charmes. Ces breloques l’interpelle et commence alors ses tribulations qui vont l’emmener hors de chez lui jusqu’en Inde en passant par Paris…Mais qui était réellement sa femme ?  A la fois burlesque et drôle (oui je me suis surprise à plus d’une reprise à éclater de rire) c’est une lecture addictive qui vous attend.