Archives pour la catégorie Non classé

LA FEMME A PART

La femme à part de Vivian Gornick aux éditions Rivages

Attention ÉNORME coup de cœur, je crois que j’ai trouvé mon livre de chevet. Vivian Gornick est une journaliste, écrivaine et féministe activiste américaine née dans les années 30. Dans son cœur bat le cœur de New York. Elle a toujours eu pour habitude de marcher dans cette mégapole. La femme à part ce sont les réflexions, les errances, des instantanés de la vie de cette femme. Au delà de tout ça c’est le livre d’une femme qui a su me toucher. J’ai eu l’impression qu’elle d’être comprise et de pouvoir m’identifier pour la première fois à un personnage. L’amour, l’amitié, la sexualité, et bien d’autres sujets abordés avec une liberté de ton, une honnêteté qui m’ont bouleversé. Je ne relis jamais les livres, et pourtant à peine terminé j’avais déjà envie de le relire. A lire absolument ! A offrir sans modération ! Messieurs ce livre est aussi pour vous !

La femme à part/Vivian Gornick/17,80€

Publicités

TAXI CURACAO

Taxi Curaçao de Stefan Brijs aux éditions Héloïse D’Ormesson

Personnellement j’ignorais l’existence de cette île des Caraïbes. A travers l’histoire de trois générations d’hommes de la même famille, c’est l’occasion pour l’auteur de raconter l’histoire de cette île, pauvre, ancienne colonie Hollandaise, ou comment après la colonisation le peuple essaye de s’en sortir. Une voiture Américaine de luxe, un père brillant par son absence, un fils prodige qui voudrait ne pas prendre la relève et faire des études, la réalité, la violence, le tout narrer par Frère Daniel. Une lecture instructive et accaparante, des portraits d’hommes esquissés avec sincérité et une saga familiale hors des sentiers battus.

Taxi Curaçao/Stefan Brijs/Héloïse d’Ormesson/21€

Le nez juif

Le nez juif de Sabyl Ghoussoub aux éditions de l »antilope 

Ce premier roman est vraiment une réussite et à plusieurs titres. En effet, ce roman aborde des sujets comme l’identité, mais là où il est remarquable c’est qu’il le fait sur un ton propre, avec humour. D’après moi, le ton est le point fort de ce premier roman. Léger il prend de plus en plus de corps au fil des pages. Aleph, notre héros, frivole au début, mûri en même temps que le style et le ton. Comment Aleph peut-il savoir qui il est, lui né en France de parents libanais, chrétiens, ayant fuit le Liban ? Comment son nez au centre de son visage, se retrouve au centre de ce roman ?  L’autodérision, les histoires d’amour, la famille, les rencontres qu’il va faire, les voyages… Quelle est la part autobiographique ? Seul Sabyl le sait !

Le nez juif/édtions de l’antilope/16€

Avant que les ombres s’effacent

Avant que les ombres s’effacent de Louis-Philippe Dalembert aux éditions Sabine Wespieser

Une lecture addictive d’un roman brillant !

Une écriture maîtrisée et fluide au service de l’histoire. Des personnages attachants, une véritable découverte d’un pan de l’histoire que j’ignorais. Louis-Philippe Dalembert réussi un tour de force incroyable : ne jamais tomber dans le pathos et réussir à nous faire sourire. La musique est omniprésente, elle nous entraîne et souligne le parcours du jeune Dr Schwarzberg.

Les petis garçons aussi naissent des étoiles

Les petits garçons aussi naissent des étoiles d’Emmanuel Dongala aux éditions Motifs

Emmanuel Dongala raconte l’histoire du Congo des années 60 aux années 90, à travers le regard d’un jeune garçon né dans les années 80.

 » J’ai failli ne pas être né. «  voilà commence ce roman trépident, drôle et rocambolesque. En effet deux enfants sortent du ventre de sa mère mais lui le troisième reste au chaud encore deux jours. Matapari va nous raconter avec ses yeux d’enfants et toute sa naïveté les histoires de sa famille et des personnes qui l’entourent. Il y à son père professeur du village, assoiffé de connaissance, toujours plongé dans les livres et lucide, contre le régime en place ; il y à sa maman très croyante et qui croit tout ce que dit le père Boniface, une femme bien étonnante au fur et à mesure que le roman avance ; il y a aussi ses jumeaux dont il s’amuse beaucoup ; il y a l’oncle boula Boula géant sportif et homme d’affaire à l’ambition ravageuse ; il y a Adélia qui fera connaître à Matapari ses premiers émois ; Tantine Lolo et toute une galerie de personnages tous haut en couleurs. J’allais oublier le grand-père qui un jour lui dit :

« Sache lire mon petit, sache lire et les livres et l’univers. » p.190

L’auteur nous livre une histoire méconnue (pour ma part en tout cas) du Congo, celle du Parti Unique, une période de répression, puis un soulèvement du peuple, une révolution. Il réussi à transformer cette période pourtant dure en petit bijou de drôlerie littéraire, grâce à son personnage principal qui n’aurait jamais du être né. J’ai beaucoup été émue également, l’auteur à su dosé toutes les émotions avec une justesse incroyable, qui font que ce roman de 400 pages en paraît la moitié.

 

Les petits garçons aussi naissent des étoiles / Motifs / 400 pages / 10€

 

La correction

1507-1La correction d’Elodie Llorca aux éditions Rivages

C’est un premier roman que  nous donne à lire Elodie Llorca? cependant c’est une habituée des mots et de la manipulation, elle officie en tant que scénariste et est aussi comédienne. C’est l’histoire d’un correcteur maniaque et parano, qui pense que sa patronne : Reine, fait exprès de mettre des coquilles dans ses textes. C’est aussi l’histoire du petit oiseau que ce correcteur un peu cinglé va trouver dans la rue et adopter. C’est une ode à l’amour des mots, et je peux vous dire que j’ai trouvé des coquilles à la lecture : réjouissant !

La correction / Rivages / 18€

Où la lumière s’effondre de Guillaume Sire

 

1540-1Et si internet disparaissait ?

Guillaume Sire signe avec Où la lumière s’effondre aux éditions Plon son deuxième roman. Les Confessions d’un funambule paru aux éditions de la Table ronde avait déjà ému certain de mes confrères. Aujourd’hui Guillaume Sire revient avec un roman au sujet sulfureux : et si internet devait disparaître? Un texte rempli de références, qu’elles soient de séries télévisées comme Game Of Thrones , philosophiques comme Nietzsche ou littéraire. Un texte philosophique,  poétique et mythologique, le mythe de Prométhée et Epiméthée en filigrane.  Un roman redoutablement encré dans notre époque, mené par une écriture totalement maîtrisée. A tout ceux qui ont des craintes pour l’avenir du livre  Guillaume Sire retourne la question : Que peut le livre pour le numérique ? C’est une lecture addictive, je n’ai pas pu lâcher ce roman, la construction est brillante. Ça se lit comme un polar et quand on le repose on ne regarde plus son ordinateur de la même manière… Je pense que ce texte et son auteur feront beaucoup de parler d’eux !

J’attends vos retours avec une grande impatience.

Où s’effondre la lumière / Plon / 18€

Guest de l’été, N° 6

imagesJ’ai le plaisir d’inviter Valérie à nous parler d’un de ses coup de cœur aux éditions Asphalte. Valérie est une grande lectrice et gère une entreprise : Flexedo qui propose des services novateurs pour la publication, la promotion et la diffusion de livres numériques destinés aux éditeurs, libraires, documentalistes

 » Une ville qui s’ouvre à la liberté, chérie, attendue.
Une ville que l’on regarde et que l’on visite enfin.
L’Ouest qui prend Prague comme on prend une putain et tout ce qu’elle offre de drogues, d’alcools, de plaisirs faciles, pour quelques couronnes.

Deux hommes qui se trouvent pour une nouvelle vie, remplie de promesses
d’un avenir meilleur.
Deux hommes insignifiants, que l’on regarde aussi, avec pétillance et
douceur.
Une ville devenue esclave de sa liberté, qui explose mais ne se révèle pas.
Deux hommes esclaves de leurs rêves décolo(do)rés, qui implosent et ne
se relèvent pas.

Une écriture directe, rythmée. Beat-rock-poetic. « 

prague faubourg est / Asphalte / 16€

Guest de l’été, N° 4

album-cover-large-29966J’ai l’immense plaisir de recevoir la bllogueuse des Bonheurs de Cassandre pour la quatrième session de guest. Je vous invite vivement à découvrir son blog sur la littérature jeunesse, pleins de belles découvertes en perspective ! Je lui laisse donc la parole :

 » Aurore est une adolescente en pleine crise. Elle a le sentiment qu’il ne se passe rien dans sa vie. Il faut dire que sa petite sœur Sophie est un génie alors qu’elle-même est plutôt médiocre au collège. Quant à sa grande sœur Jessica, elle n’aime rien tant que provoquer ses parents ce qui met un peu d’animation dans la maison. C’est sur ce constat qu’elle décide de commencer un journal. Heureusement Aurore a une meilleure amie Lola avec laquelle elle partage tout : ses interrogations existentielles ainsi que  ses désillusions sentimentales car l’une comme l’autre n’ont pas d’amoureux.

Jamais contente… toujours fâchée est le premier tome du Journal d’Aurore en bande dessinée. Il est adapté du best-seller éponyme pour les adolescents de Marie Desplechin, une trilogie dont le premier tome est paru il y a 10 ans. C’est en découvrant Milady d’Agnès Maupré, bande dessinée historique pour adulte parue chez Ankama, que celle-ci  a découvert  l’illustratrice et a été séduite par son style.

En effet elle crée une Aurore nonchalante très ressemblante à l’héroïne du roman. Toutes les deux ont collaboré pour respecter l’esprit du texte. Notre ado n’a pas pris une ride en dix ans et on rit toujours autant en lisant les réparties parfois acerbes de cette jeune fille !

Dès 10 ans « 

Le journal d’Aurore T. 1 / Rue de Sèvres Edition / 15€

Guest de l’été, N° 3

91aNfqQBCuLPour cette troisième chronique des « guest de l’été », j’ai le plaisir de recevoir Muriel du blog livrons-nous. Un blog actif sur les lectures que fait Muriel mais aussi ses photos, son club de lecture ( dont je fais partie 😉 )et les sorties culturelles qu’elle fait ; je vous invite notamment à lire ses comptes rendus des conférences d’Alain Mabanckou au Collège de France. Trève de blabla je lui laisse la parole :

 » Les Valeureux d’Albert Cohen est un livre  réjouissant par son humour et sa langue inventive qui accompagnent les personnages, les magnifient  sans jamais les ridiculiser. J’aime les accents bibliques des dialogues, le lyrisme présent jusque dans les insultes que s’échangent les personnages ! Le passage qui me ravit est celui de la leçon de séduction amoureuse de Mangeclous, qui s’improvise recteur et professeur de l’Université supérieure et philosophique de Céphalonie. Il détaille toutes les étapes de la séduction lente et soignée et de la séduction rapide ( utilisée seulement dans les cas de grande urgence). Texte à lire et à partager à haute voix, pour sa beauté et sa drôlerie. Une lecture de plage sans aucun doute ! « 

Les Valeureux / Folio Gallimard / 8,20 €