Archives du mot-clé Allusifs

Le mauvais oeil, drôle et loufoque

Mauvais oeil-CouvertLe mauvais œil , Pan Bouyoucas

Voilà un roman d’actualité qui réussit un tour de force incroyable: faire rire et grincer des dents à la fois.  Tant de sujet abordés dans ce  nouveau roman de Pan Bouyoucas aux éditions Les Allusifs. La Grèce, le tourisme, la crise économique, les superstitions, l’amour, la famille,…et j’en passe! Comme toujours un univers farfelu où les personnages ne portent pas de nom mais des surnoms qui leurs collent à la peau. La « Lapis Lazuli »car elle adore le bleu, le « Coq » car il a un élevage de poulets, La Piano car elle donne des cours de piano, etc.

Suite à la crise économique, une petite île grecque se voit plus ou moins ruinée. Cette île autrefois prospère grâce au tourisme est au bord de la faillite, tous les porte-bonheurs achetés pour satisfaire la superstition des touristes n’ont été vendus. Il va donc falloir toute la ruse et la malhonnêteté de la »Lapis Lazuli »pour remédier à tous ça et écouler son stock de grigris.

A chaque page tournée et à chaque mauvais coup porté je me suis demandé jusqu’où allait aller cette histoire de fou? Jusqu’où la nature humaine est capable d’aller ?

A découvrir également le précédent roman de Pan Bouyoucas Ari et la reine de l’orge que j’avais adoré et dont je vous parlerait bientôt ici…

Pan Bouyoucas par Marie-Reine Mattera
Pan Bouyoucas par Marie-Reine Mattera

Conseil de lecture pour cet été n°9

78Le pas du lynx, Joana de Fréville

Est paru en janvier dernier aux éditions les Allusifs un roman extraordinaire, un coup de cœur intemporel. Ceux qui me connaissent savent pour moi l’importance de la danse. Alors pour aller tout de suite dans le vif du sujet voici un roman qui parle de Tango. Une jeune femme va répondre à une annonce où le non argentin requiert une partenaire de tango, cependant un contrat tacite doit être validé: aucun mot, aucune parole échangée, que la danse comme moyen d’expression.

Elle est photographe, il est peintre. Ils ont un commun un passé qu’on imagine douloureux et ce contrat les arrangent tous les deux. Que va-t-il se passer entre ces deux personnages? Est-il possible de se taire, de laisser la parole aux corps, à la danse? Il est évident que vous sentirez les pas glisser sur le plancher, la sueur couler, les corps se rapprocher et que vous entendrez le bandonéon jouer.

L’écriture absolument maîtrisée de l’auteur rend la lecture musicale et douce, suave et sensuelle. Un roman d’un optimisme rare. Une pépite.