Archives du mot-clé Angleterre

LE CAPUCHON DU MOINE

Le capuchon du moine d’Ellis Peters aux éditions 10/18

Mon avis : Je lis peu de polar mais quand j’en lis j’aime bien le genre polar-historique. Apprendre étant mon leitmotiv j’en ai toujours pour mon compte ! Il y avait bien longtemps que je n’avais pas été aussi malmenée par une intrigue. À chaque fois que Cadfael, ce moine herboriste qui m’a beaucoup fait pensé à un certain Guillaume de Baskerville, arrive à ajouter une corde à son arc pour innocenter le coupable, parce-qu’il est bien ici sujet d’innocenter, ça change ; à chaque donc, un nouvel élément apparaît et l’entraîne vers une autre piste jusqu’à chevaucher sa mule pour traverser le comté.

Note de l’éditeur : Alors qu’il vient de léguer ses terre à l’abbaye de Shrewsbury, Maître Bonel meurt, empoisonné en plein repas. L’arme du crime ? Le capuchon du moine, un poison mortel. Sa provenance ? La pharmacie de frère Cadfael. Le meurtrier ? Les héritiers sont les principaux suspects et leurs mobiles, nombreux. Il n’en faut pas plus à Cadfael pour prendre l’enquête en main.
Dans cette nouvelle enquête haletante, Cadfael se dévoile et livre certains aspects étonnants de sa jeunesse.

Biographie de l’auteur : Ellis Peters, de son vrai nom Edith Pargeter, est née en 1913, dans le comté du Shropshire, à la lisière du pays de Galles. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle entre auWomen’s Royal Navy Service, et ses activités au département des communications lui valent la British Empire Medal, qu’elle reçoit des mains du roi George VI. À cette époque, elle fait son apprentissage de romancière et étudie la langue et la littérature tchèques dont elle traduira plusieurs œuvres majeures en anglais. Après la guerre, elle devient écrivain à part entière avec des romans historiques qui rencontrent un grand succès auprès de la critique et du public. En 1959, elle publie son premier roman policier, mettant en scène l’inspecteur George Felse. Douze titres suivront, qu’elle signe alors sous son pseudonyme. En 1977, elle publie Trafic de reliques, première chronique de la série médiévale  » Frère Cadfael « , qui compte aujourd’hui vingt et un volumes. Décédée en octobre 1995, Ellis Peters a été élevée au rang de OBE (officier de l’ordre de l’Empire britannique), pour services éminents rendus à la littérature.

Le capuchon du moine/Ellis Peters/10/18/Epub 8.99€

LES FILLES DU DJIHAD

Les filles du djihad de Tabish Khair aux éditions du Sonneur

Les filles du djihad de Tabish Khair est aussi puissant que Les cerf-volants de Kaboul*, roman qui racontait, des années 70 à nos jours, un pays dévasté par la guerre : L’Afghanistan, à travers une histoire d’amitié. Les filles du djihad est une chronique de la montée du pouvoir de daech en Syrie et dans le monde, et raconte comment la manipulation est peut-être leur pouvoir le plus dangereux. Ameena et Jamila en sont les héroïnes, deux adolescentes musulmanes si différentes et pourtant musulmanes et issues  de l’immigrations. Ce qui m’a plu c’est d’être au plus prêt de ce que peut ressentir une jeune femme qui veut juste pratiquer sa religion sans être jugée, d’être au cœur du processus de radicalisation. L’auteur m’a menée par le bout du nez et j’ai adoré ça. Tabish Khair a l’art d’emmener son lecteur où il veut jusqu’au moment où il change de direction sans qu’on s’y attende et rende le récit bouleversant ! Ce roman à tout les critères réunis pour en faire un classique, un témoignage de son époque. À lire absolument pour mieux comprendre ce qui peut pousser ces jeunes gens à devenir des fanatiques, à aller jusqu’à devenir kamikazes. BRILLANT !

Les filles du djihad/Tabish Khair/éditions du Sonneur/ 19 €

*Les cerfs-volants de Kaboul de Khaled Hosseini disponible aux éditions 10/18