Archives du mot-clé juif

LA CONFRÉRIE DES CHASSEURS DE LIVRES

La confrérie des chasseurs de livres de Raphaël Jerusalmy aux éditions Actes sud collection Babel

Mon avis : ce roman m’a réconcilié avec la lecture ! En effet depuis quelques mois tous les livres que j’ouvrais me tombais des mains… J’ai adoré être addict à ce titre. En effet, sous couvert de nous raconter une suite à la biographie interrompue de François Villon, Raphaël Jerusalmy nous entraîne dans une intrigue historico-esoterico-policière des plus surprenante, intéressante et jubilatoire. J’ai adoré être menée par le bout du nez de Paris à Florence, de Jérusalem à Rome, et j’en passe. Le duo François-Colin est exquis, tant par la verve de François Villon que le côté molosse de Colin. Un plongeon très réaliste dans l’histoire à ses début de l’imprimerie où le clergé (l’inquisition ?) voit d’un mauvais œil l’arrivée des livres et du savoir pour tous …. À dévorer !

Note de l’éditeur : Le roman de Raphaël Jerusalmy commence là où calent les livres d’histoire. François Villon, premier poète des temps modernes et brigand notoire, croupit dans les geôles de Louis XI en attendant son exécution. Quand il reçoit la visite d’un émissaire du roi, il est loin d’en espérer plus qu’un dernier repas. Rebelle, méfiant, il passe pourtant un marché avec l’évêque de Paris et accepte une mission secrète qui consiste d’abord à convaincre un libraire et imprimeur de Mayence de venir s’installer à Paris pour mieux combattre la censure et faciliter la circulation des idées progressistes réprouvées par Rome. Un premier pas sur un chemin escarpé qui mènera notre poète, flanqué de son fidèle acolyte coquillard maître Colin, jusqu’aux entrailles les plus fantasmatiques de la Jérusalem d’en bas, dans un vaste jeu d’alliances, de complots et de contre-complots qui met en marche les forces de l’esprit contre la toute-puissance des dogmes et des armes, pour faire triompher l’humanisme et la liberté.
Palpitant comme un roman d’aventures, vif et malicieux comme une farce faite à l’histoire des idées, regorgeant de trouvailles et de rebondissements, La Confrérie des chasseurs de livres cumule le charme et l’énergie de Fanfan la Tulipe, l’engagement et la dérision de Don Quichotte et le sens du suspense d’un Umberto Eco.

La confrérie des chasseurs de livre/Raphaël Jerusalmy/Actes sud/Babel/8.70€

Publicités

Le nez juif

Le nez juif de Sabyl Ghoussoub aux éditions de l »antilope 

Ce premier roman est vraiment une réussite et à plusieurs titres. En effet, ce roman aborde des sujets comme l’identité, mais là où il est remarquable c’est qu’il le fait sur un ton propre, avec humour. D’après moi, le ton est le point fort de ce premier roman. Léger il prend de plus en plus de corps au fil des pages. Aleph, notre héros, frivole au début, mûri en même temps que le style et le ton. Comment Aleph peut-il savoir qui il est, lui né en France de parents libanais, chrétiens, ayant fuit le Liban ? Comment son nez au centre de son visage, se retrouve au centre de ce roman ?  L’autodérision, les histoires d’amour, la famille, les rencontres qu’il va faire, les voyages… Quelle est la part autobiographique ? Seul Sabyl le sait !

Le nez juif/édtions de l’antilope/16€

Appartenir

appaetenirAppartenir de Séverine Werba aux éditions Fayard

La question posée dans ce roman est la suivante: Qu’est-ce qui fait qui je suis,est-ce d’où je viens ? ou alors : Comment se construire quand on ne sait pas d’où l’on vient? En effet notre héroïne voit sa vie chamboulée lorsqu’elle apprend que son grand-père , qu’elle adorait, était juif, qu’il a fuit un pays en guerre, mais que tout cela doit receler bien plus car c’est un secret enfoui loin très loin dans les mémoires et en Ukraine. Elle se voit consacrer sa vie à courir après des ombres du passé pour retrouver qui elle est. Une quête d’autant plus passionnant quand on sait que c’est la réelle expérience de l’auteure.