Archives du mot-clé roman

AU GRAND LAVOIR

Au grand lavoir de Sophie Daull aux éditions Philippe Rey

Première lecture de cette rentrée littéraire et un ÉNORME coup de cœur ! Après Camille mon envolée et La suture, Sophie Daull signe là son troisième roman avec Au grand lavoir.  C’est un roman à trois voix, celle d’un jardinier à Nogent-Le-Rotrou, ex taulard pour avoir commis un viol et avoir tué sa victime ; celle d’une auteure en tournée pour faire la promotion de son roman, fille de la victime ; enfin celle d’un narrateur, une voix off pour nous narrer la fin de cette histoire. L’écriture de l’auteure est précise, ciselée, rien n’est de trop, tout est juste et à sa place, c’est au service d’une histoire qui nous tient en haleine, ou comment cet ex taulard qui après avoir purgé 18 années de peine se retrouve réinsérer dans cette ville de taille moyenne en tant que jardinier communal. Il apprend que la fille de la femme qui l’a tué va venir dédicacer dans la librairie de sa ville. A partir de là, la panique s’installe et on va passer (oui je dis on car le prodige est là, grâce à la force narratrice que dégage ce texte, nous sommes plus que dans la peau de cet homme, nous sommes dans sa tête)par toutes les étapes de stress, d’angoisse atroce avec ce personnage qui a violé et tué. Va-t-il lire le livre quel ‘auteure vient présenter dans la librairie de sa ville ? Va-t-il se rendre à la librairie le soir de la dédicace ?

Ce roman c’est aussi en filigrane la vie des villes de tailles moyennes « les sous-préfectures » comme aime à les appeler Sophie Daull, ces villes où les commerces de proximité ferment, où les gares ferment, où la population devient de plus en plus excentrée de son cœur de vie, c’est aussi un roman encré dans une réalité sociale. Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce texte fort et intelligent à l’écriture fluide et au style précis. A lire donc et à offrir sans modération.

Au grand lavoir/Sophie Daull/éditions Philippe Rey.  €

Publicités

TAXI CURACAO

Taxi Curaçao de Stefan Brijs aux éditions Héloïse D’Ormesson

Personnellement j’ignorais l’existence de cette île des Caraïbes. A travers l’histoire de trois générations d’hommes de la même famille, c’est l’occasion pour l’auteur de raconter l’histoire de cette île, pauvre, ancienne colonie Hollandaise, ou comment après la colonisation le peuple essaye de s’en sortir. Une voiture Américaine de luxe, un père brillant par son absence, un fils prodige qui voudrait ne pas prendre la relève et faire des études, la réalité, la violence, le tout narrer par Frère Daniel. Une lecture instructive et accaparante, des portraits d’hommes esquissés avec sincérité et une saga familiale hors des sentiers battus.

Taxi Curaçao/Stefan Brijs/Héloïse d’Ormesson/21€

LE POIDS DE LA NEIGE

Le poids de la neige de Christian Guay-Poliquin aux éditions de l’Observatoire

Un huis clos assourdissant. Une lecture captivante qui plonge le lecteur au cœur de l’hiver le plus dur et le plus long qu’on puisse imaginer. Matthias et le narrateur se retrouvent prisonniers de cet hiver impitoyable, alors qu’une coupure d’électricité touche le pays. Le narrateur a subit un accident et à les jambes immobiles et blessées. Matthias un homme de passage au village doit s’occuper de lui. Comment ces deux hommes vont réussir à cohabiter, à se soigner, à se nourrir alors que l’hiver les retient ? Impossible de lâcher ce roman. Il y a de La route de Mc Carthy dans Le poids de la neige. Ce roman nous met face à nos peurs, nos doutes, et pose la question de savoir comment réagirions nous si un jour nous étions confrontés à une situation extrême. Comment vivre en communauté ? L’instinct de l’homme est-il bon ? Quelles seraient nos priorités ? L’hiver et le poids de la neige pèsent « comme un couvercle sur ses esprits gémissants en proie » à bien des questionnements. Magistral !

Né au Québec, en 1982, Christian Guay-Poliquin est doctorant en études littéraires. Le poids de la neige, grand succès au Québec, a été distongué par plusieurs prix prestigieux.

Le poids de la neige/Christian Guay-Poliquin/éditions de l’Observatoire/19€

Un monde en fragments

Un monde en fragments de Pierre Barré aux éditions de L’atteinte

Attention talents ! Les éditions de L’atteinte ont vu le jour en 2017, Un monde en fragments de Pierre Barré est leur première parution. 57 pages de prose hypnotique.  » Un homme , confronté à un mouvement de violence qui deviendra historique, abandonne le verbe. Tourmenté par une violence incertaine, il tente de recomposer sa vie, mais l’espace qui l’entoure ne cesse de fuir son regard…Taillé dans une langue sensorielle et habitée ce texte nous rappelle que la littérature ne se reçoit pas, mais se conquiert.  » Ce sont les mots que vous pouvez lire sur le rabat, comme une invitation à la lecture. En tout cas, ça m’a donné envie de l’ouvrir et de le lire, de le relire. Un homme dans un environnement qui lui échappe, entouré de fantômes, d’oiseaux et d’autres créatures qui le hantent, l’agressent et se dérobent. Il décide donc de s’enfermer dans le silence, malgré les injonctions des personnes en blouses et escarpins… Une lecture exigeante qu’on oublie pas.

Un monde en fragments/Pierre Barré/éditions de L’atteinte/ 11€

Les âmes et les enfants d’abord

9782714471024ORI -1-Les âmes et les enfants d’abord d’Isabelle Desesquelles aux éditions Belfond

Vous vous souvenez peut-être de mon conseil de lecture n°6, Les hommes meurent et les femmes vieillissent d’Isabelle Desesquelles, et comment ces destins de femmes m’avaient émus. Et bien là Isabelle Desesquelles revient avec un roman coup de poing!

Les âmes et les enfant d’abord, c’est l’histoire de cette maman qui se promène avec son fils place Saint Marc à Venise, en vacances ; droit devant, un tas de chiffons au milieu de la place…ils arrivent devant quand une main en sort, tendue, réclamant. Surprise et ne sachant quoi faire d’autre, elle fuit, son fils au bout du bras. Rentrée chez elle cette image la hante et finit par l’obséder au point de vouloir écrire à cette femme le pourquoi de sa réaction. C’est donc comme ça que commence ce court roman d’à peine une centaine de pages. Une longue lettre pour se soulager, pour dire l’incapacité à réagir, à trouver les mots pour expliquer la misère à son fils.

Un roman qui ne cherche en aucun cas à culpabiliser mais à montrer l’importance de dire. Comment réagissons-nous face à la misère de plus en plus visible et croissante dans la rue? Je ne comprends toujours pas pourquoi les médias ne se sont pas appropriés ce roman pour en faire un étendard. Il n’est pas trop tard, j’espère que ce roman pourra réveiller des consciences.

Les âmes et les enfants d’abord/Isabelle Desesqueles/Belfond/10€

Conseil de lecture pour cet été n° 6

9782714458193Les hommes meurent et les femmes vieillissent, Isabelle Desesquelles

C’est un roman drôle, bouleversant, profondément féminin ! Aucune mièvrerie dans ce texte captivant. Des destins de femmes d’une même famille qui ont 2 points communs. L’un d’eux est une confidente un peu particulière, l’autre un membre de la famille qui leur est cher. Paru à le rentrée 2014 aux éditions Belfond, il a fait parti de mes coups de cœur. Isabelle Desesquelles  réussi un tour de force avec ce roman. Elle a aiguisé ma curiosité.

A la fin de ma lecture je me suis dis que tous les hommes devraient lire ce livre pour mieux comprendre les femmes ! Roman choral original par sa forme et son angle d’attaque. Je ne peux rien vous dévoiler juste en débattre une fois que vous l’aurez lu ! A découvrir absolument !